À la découverte du parc national Abel Tasman

Après la visite des vignobles de Marlborough et quelques jours à Nelson, au bord de la baie de Tasman, nous atteignons enfin le fameux parc Abel Tasman, réputé pour sa faune et sa flore préservée.

Bien que l’eau soit assez fraîche en automne, nous avions prévu de faire du Kayak afin d’explorer le Parc, qui n’est accessible que depuis la mer ou à pieds depuis Kaiteriteri. Malheureusement, pour des questions de sécurité, il est impossible, tout du moins hors saison, de faire du Kayak avec un enfant de moins de 8 ans. Nous avons donc opté pour une journée de randonnée sur une portion de l’Abel Tasman Coast Track, conduit par un bateau taxi de l’Abel tasman Sea Shuttle, qui propose différents arrêts pour rejoindre les rives du parc.

L’ABEL TASMAN COAST TRACK

L’Abel tasman Coast Track, qui fait lui aussi parti des 9 plus belles randonnées de Nouvelle-Zélande, alterne baies spectaculaires et forêt primaire, passant par des ponts suspendus. Ce petit paradis, sauvage de par son accessibilité restreinte, est peuplé d’oiseaux au chant surprenant, de dauphins et de phoques. Cette randonnée de 3 à 5 jours est très prisée, notamment en été, tant elle offre l’opportunité de se baigner sur des plage sublimes et désertes, nichées au milieu de forêts de fougères.

Ne pouvant pas réaliser cette randonnée sur plusieurs jours, faute de temps, nous avons donc choisi d’arpenter une petite partie du chemin et de naviguer jusqu’à Sandfly bay, passant par le mystérieux rocher fendu, Split Apple Rock et Adele Island, l’île aux phoques. Depuis le large, nous avons pu nous rendre davantage compte de la beauté des lieux et de son incroyable tranquillité. Déposés, seuls, à Sandfly bay, nous avons randonné environs 5h00 pour rejoindre la baie The Anchorage ou le bateau-taxi nous attendait à 15h30 précise pour nous ramener à Kaiteriteri.

set

Passant à horaires fixes, il fallait à tout prix rejoindre Anchorage baie, dans un temps imparti, afin de ne pas rester coincé dans le parc ! Cette course contre la montre a été pour nous, qui aimons prendre notre temps et nous arrêter au gré de nos envies, un véritable défi. Cependant, les paysages qui se succèdent le long du chemins sont désarmants et préservés. Seules quelques habitations autosuffisantes et refuges pour randonneurs y ont élu domicile. Nous avons marché d’un bon pas, nous arrêtant le temps d’un pique-nique, au bord de la paisible Torrent bay, d’une grande beauté. Cette journée alternant bateau et randonnée est passé à vive allure et nous a ravie par son petit côté “seul au monde” et aventurier en pleine forêt vierge. 

D’ABEL TASMAN ET AU CAPE FAREWELL

Après la découverte du parc, nous avons eu envie de visiter l’extrême nord de l’île du Sud et le Farewell Spit, ce grand banc de sable, qui sur les cartes ressemble drôlement à une tête de Kiwi (on vous laisse vérifier !). Le trajet de deux bonnes heures longe Golden bay, l’unique route reliant Motueka à Puponga. Très vallonnée, cette route nous a laissé entrevoir de magnifiques paysages entre mer et montagnes aux sommets déjà enneigés. Nous nous sommes arrêtés dans le calme petit village portuaire de Collingwood pour admirer la baie et déguster un bon carrot cake au coin de la cheminée du Courthouse Cafe. Un agréable moment de tranquillité lorsque le froid et la pluie commencent à s’installer, par un temps un peu capricieux.

WHARARIKI BEACH & LE CAP FAREWELL

Wharariki Beach est située à la pointe nord de l’Île du Sud. Depuis le parking, qui abrite quelques paons sauvages, le sentier, qui conduit à la plage, traverse des prés de vaches et de moutons, des dunes de sable et nous laisse apercevoir de phoques, nageant dans la rivière. Ce spectacle attendrissant laisse place quelques mètres plus loin à un panorama splendide. En effet, Wharariki Beach, de par ses formations rocheuses atypiques, ses vagues et son vent soufflant souvent très fort, font de cette plage un lieu privilégié et très photogénique.

Tout près de Wharariki Beach se trouve le Cap Farewell, le point le plus au nord de l’île du Sud. Après s’être frayé un chemin dans un pré de moutons, nous nous sommes retrouvés au bord de falaises abruptes. Depuis la plateforme d’observation nous avons admiré l’arche sculptée dans la roche, face à la mer de Tasman. En contrebas, nous pouvions entendre et observer des phoques, se prélassant dans les rochers en contrebas. 

Le paysage charmant de l’extrême Nord de l’île du Sud nous a enchanté par sa quiétude. Bien moins touristique que les abords du parc Abel Tasman, le Cap Farewell permet de nombreuses promenades au milieu de grands espaces verdoyants et des rencontres sauvages impromptues.

Prochaine étape; la côte Ouest et ses glaciers.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.