ROAD TRIP : 3 mois en van sur les routes de Nouvelle-Zélande

Un Road Trip, fenêtres ouvertes, cheveux au vent, avec quelques vieux CDs de Johnny Cash, The Doors ou encore The Corrs dans les oreilles et des kilomètres de « scenic road » et de « gravel road » à arpenter, voilà ce dont nous rêvions et voilà de quoi ont été rythmé la plupart de nos journées, pour notre plus grand plaisir et celui de nos yeux émerveillés.

Non, vivre en van ne rime pas avec inconfort et manque d’hygiène. Vivre en van ne signifie pas non plus vivre les uns sur les autres, isolés du reste du monde se nourrissant exclusivement de pâtes lyophilisées. Vivre dans un van procure un sentiment de liberté incomparable, à condition bien sûr de s’y sentir comme « chez soi ».

POUR VIVRE HEUREUX, VIVONS LÉGERS

Voyager et loger dans un van implique de vivre avec le strict minimum. Outre le fait, que voyager sur le long terme, impose de se débarrasser de son forfait téléphonique, de sa voiture et de son logement, cela signifie aussi qu’il faut aussi cesser d’être trop matérialiste. En effet, forcé de n’emporter avec soi qu’un nombre limité de bagage (25 kilos maximum pour prendre l’avion ou moins si l’on porte le tout dans un sac à dos), il faut faire des choix.

C’est à ce moment que l’on se rend compte que notre quotidien sédentaire est rempli de toutes sortes d’objets dont on peut se passer : trop de déco, trop de vêtement, trop de cosmétique, trop d’électronique, trop d’électroménager… (Oui, on peut finalement aisément avoir dans sa garde-robe uniquement 2 pantalons, posséder une dizaine de jouets, avoir pour maquillage qu’un mascara et cuisiner de bons repas avec uniquement 3 casseroles). Oui, se détacher du superflu, ça bouscule, mais qu’est ce que ça fait du bien !

AVANT DE PRENDRE LA ROUTE…

Pour une durée de 3 mois, nous avions décidé d’acheter notre véhicule, plutôt que de le louer. Acheter un van est une prise de risque incontestable, mais il y a fort à parier que même si le véhicule nécessite quelques petits travaux d’entretien, on récupérera son argent investi lors de la revente. C’est ce sur quoi nous avions donc parié et nous avons eu raison ! Privilégiant un van récent (moins de 15 ans), de marque asiatique (Toyota, Kia, Nissan, Mazda, Mitsubishi…), sans trop de kilomètres (autour de 200000 kilomètres), ayant été bien entretenu et ayant une distribution à engrenage (ou à chaîne, ce qui évite le changement de courroie), nous avons pu le revendre facilement à notre départ et donc récupérer la totalité de notre argent investi.

En 5 jours seulement (faute de temps et parce que la perfection n’existe pas), via un groupe de Français en Nouvelle-Zélande, nous avions trouvé notre bonheur : un van spacieux et certifié Self-Contained – autrement dit autonome (qui permet une plus grande mobilité et beaucoup plus de choix de camps, grâce notamment à son autonomie en eau).

Puisque la manière et la facilité d’acheter un véhicule dépend du pays ou l’on se trouve, avant de prendre la route, il a fallu bien sûr se plier à quelques formalités d’immatriculation et de taxes, propres à la Nouvelle-Zélande :

  • Faire le changement d’immatriculation à la Poste pour opérer le changement de  de propriétaire.
  • Vérifier la validité du contrôle technique (WOF) qui est à renouveler tous les 6 mois pour les véhicules de plus de 6 ans et tous les ans pour les autres.
  • Vérifier la validité de la Vehicle Registration and licensing (REGO), obligatoires pour rouler en NZ.
  • Acheter des kilomètres (RUC) à la Poste (pour tous les véhicules à moteur diesel).
  • Et (bien qu’elle ne soit pas obligatoire) prendre une assurance auto au tiers (que nous avons prise chez les Frogs et que nous recommandons !).
CÔTÉ ESSENCE/DIESEL ?

Le prix du carburant en Nouvelle-Zélande est globalement moins élevé qu’en France. Nous avions découvert une chaîne de carburant très compétitif : Carfuel McKeown.

Grâce à une carte interactive en ligne ou téléchargeable, il nous suffisait de trouver une station sur notre route et de faire le plein à moindre coût. Un très bon plan donc ! Et quel plaisir de voir augmenter le nombre de litre du réservoir, plus vite que le défilement du prix !

Une fois ces quelques détails (très important) réglés, nous avons pu débuter notre road trip sereinement.

AMÉNAGER SON VAN…

Qui dit Road Trip dit cohabitation et promiscuité. Passer ses journées ensemble, rouler ensemble, manger ensemble, dormir ensemble… Biensur,  Pour se sentir « bien » et avoir le sentiment d’être « comme à la maison » dans un véhicule de 6,5m², tout en conservant une certaine intimité, il est nécessaire de déterminer certaine règles et de délimiter, pour chacun, différents espaces de vie.

Aménager son van ou le réaménager est selon nous un passage essentiel pour se sentir à l’aise et surtout « chez soi ». En effet, mettre sa petite touche personnelle participe au fait de se sentir bien et de vivre confortablement. C’est un peu comme refaire la peinture du mur décrépit d’un nouvel appartement, accrocher une photo sur le mur du salon ou allumer une bougie parfumée dans la chambre à coucher. Cette démarche de réaménagement fait partie intégrante du voyage et permet une meilleure adaptabilité au mode de vie nomade.

L’aménagement de notre van, comme nous l’avions acheté, ne nous convenait pas. Nous avions en effet  privilégié l’achat d’un véhicule récent, plutôt qu’un véhicule aménagé à la déco séduisante.  Coin cuisine peu fonctionnel, rangement inadaptés, perte d’espace, un seul lit pour 3,… nous avons longtemps réfléchi à un nouvel aménagement avant de nous lancé.

C’est lorsque nous avons passé une semaine chez l’habitant à Ohakune près du Tongariro, que Rémi s’est alors lancé dans la fabrication de notre maison roulante. Après avoir démonté la précédente installation, il a réussi à remodeler l’intérieur du van en utilisant uniquement les planches déjà présentent dans le véhicule (Quel homme !) et en achetant seulement quelques matériaux dans les chaines de magasins de bricolage (Bunnings Warehouse ou Mitre 10) : peinture, outils, tapis, lino…

Amateur de bonne cuisine et aimant cuisiner dans n’importe quelle situation, nous souhaitions à tout prix nous créer un espace cuisine grand et fonctionnel.

Processed with VSCO with c1 preset

N’ayant pas totalement touché au coin « salle à manger » – convertible en lit double, le nouveau coin cuisine, situé à l’arrière du véhicule, se transformait alors en un plan de travail, un bar et un petit lit pour Bibi dans le sens de la largeur (l’idéal pour garder chacun sa dose d’intimité et avoir le sentiment de disposer de sa propre chambre et de son propre lit !).

 

…ET L’ÉQUIPER

Pour équiper son van rien de plus facile ! La Nouvelle-Zélande est reine de la récup’ et de la réutilisation. De nombreux magasins de charité et de récupération (Hospice shop, Charity shop, Salvation Army, Cash Converters…) recensent ustensiles, outils, jeux, livres, vêtements, meubles, linges, scie circulaire, CDs en tout genre pour quelques Dollars seulement. Il est donc très facile d’équiper son van à moindre coût, avec des objets de qualité, sans acheter du neuf dans les grandes chaînes de magasins locaux.

Nous avons ainsi pu compléter notre ameublement avec de vrais ustensiles, couverts, assiettes et verres (« On ne va quand même pas boire du vin dans des gobelets en plastiques ! ») serviettes, torchons, coussins, rideaux, matelas… à moindre frais. Opération van réussie !

Cette expérience de vie à bord de notre van, qui plus est, avec Bibi, a été très enrichissante. Chacun a dû trouver sa place, son espace, son intimité. S’assoir devant, lors de la conduite et pouvoir voir la route comme un grand, lui laissera aussi, nous l’espérons, des souvenirs inoubliables !

VIVRE À 3 DANS 6,5M² EN NOUVELLE-ZELANDE

La Nouvelle-Zélande est un vrai paradis pour les voyageurs nomades. Des sanitaires toujours entretenus, des douches publiques (gratuites ou entre 1$ et 5$), des camps gratuits dans de très beaux endroits, de jolis coins pique-nique et des barbecues publics… voyager en van est sans conteste le moyen le plus adapté pour visiter le pays entier à moindre coût. Mais encore faut-il trouver son rythme et se créer une nouvelle routine de bord.

TROUVER SON RYTHME DE CROISIÈRE

« La journée appartient à ceux qui se lèvent tôt » ou plutôt à ceux qui se couchent tôt ! La nuit se couchant relativement tôt en automne (autour de 17h00), nous avions pris l’habitude de rejoindre notre campement avant la tombée de la nuit, pour pouvoir profiter du paysage, des aménagements du camp, préparer notre repas du soir et, de temps en temps, faire quelques rencontres et discuter avec d’autres Backpackers majoritairement français ou européens.

En effet, sans télévision, connexion Internet et films pour le soir, les soirées sont courtes et l’on se couche plus tôt. Nous nous levions alors habituellement sur les coups de 7h00  (avec le soleil et la chaleur derrière les vitres), pour profiter du début de journée, conduire un peu et apprécier un petit déjeuner/brunch face à un nouveau panorama.

Grâce à nos deux applications indispensables Maps Me (qui dispose de cartes téléchargeables et utilisables 100% hors connexion) et Camper Mate (qui recense tous les camps et les bons plans de Nouvelle-Zélande) nous avons ainsi pu programmer nos visites, grâce aux conseils des utilisateurs et ainsi choisir les meilleurs free camps.

Avec un van, « se garer » dans  une auberge est aussi une bonne astuce. Pour quelques dollars (variant de 5$ à 19$ par personnes, variable en fonction du type d’auberge – voir BBH card – et de la gentillesse des hôtes), certaine auberges de jeunesses – Backpackers, qui disposent d’un parking ou d’un terrain, acceptent que l’on dorme dans son van, tout en profitant des commodités, d’une cuisine équipée (avec un four pour que Rémi nous fasse de bons gâteaux !), d’une machine à laver et d’un salon au chaud avec wifi pour se reposer et rester connectés. Nous avons ainsi logé dans quelques auberges au cours de notre voyage afin de ne pas perdre du temps dans les laveries, pouvoir prendre une douche chaude illimitée, se faire un bon repas et faire la vaisselle facilement.

 TOP 5 DES AUBERGES QUI NOUS ONT ACCUEILLIES AVEC NOTRE VAN : 

BIEN MANGER, MÊME EN VAN, C’EST POSSIBLE !

Nombreux sont les clichés concernant le Nouvelle-Zélande et ses habitudes alimentaires. Les voyageurs français, adepte de la baguette tradition et du camembert, diront qu’ici bien se nourrir est difficile et cher… ce qui est totalement FAUX. Vivre et voyager dans un autre pays signifie selon nous s’adapter, revoir ses habitudes de consommation et sa propre alimentation.

Si l’Automne/Hiver est propice aux choux, brocolis, pommes, clémentines, et potirons en tout genre, la solution est bien sûr de manger les légumes et les fruits que la saison nous offre ! C’est tellement moins cher, tellement plus écologique et tellement bon.

Inutile de courir les promotions pour faire des économies. Les quelques grandes chaînes de supermarché locales Néo-zélandaises (New World, Countdown, Pak’n’Save – qui on tous un employé de caisse qui prend soin de mettre les courses de chacun dans de grands sacs plastiques ^^) proposent des produits de qualités, qui peuvent aisément être complétés par les produits locaux que l’on peut trouver en bord de route.

Lorsque l’on vit en van, et que l’on cuisine dans un espace restreint on développe de petites astuces culinaires, applicables n’ importe où !

  • Boire du VRAI café sans cafetière : en préparant son café directement avec la poudre dans l’eau, sans filtre. (Le café se sert  une fois que la poudre s’est complètement déposée au fond du récipient).
  • Cuire du poisson en filet, à la perfection ET sans odeur : en réalisant un bouillon (eau, épices, carottes, fenouil, coriandre, vin…) et des Rolls de poisson. Pendant que le bouillon est porté à ébullition, on pique des Rolls sur des pics à brochettes et on les cuits immergés, à couvert, 10 minutes hors du feu dans le bouillon frémissant. Succès garanti !
  • Se mettre à la mode « lunch » : pour un petit déjeuner/brunch énergétique, rien de mieux qu’un bon sandwich ! Rapide et facile à agrémenter de betterave, bacon, œuf, houmous, fromage, champignon, tomate, avocat, concombre, carotte … les possibilités sont nombreuses et donnent un bon coup de fouet pour bien débuter la journée ! (Quoi ? des betteraves au petit dèj’ ? Oui ! Testé et approuvé même par Bibi et puis ça évite de manger le midi, 2 repas par jours, ça fait gagner beaucoup de temps !)

Même sur la route, il est donc possible de bien manger. Varier les plaisirs de cuisson : en soupe, en salade, en purée, sauté est aussi un bon moyen de manger des légumes différemment chaque jour, sans se lasser.

Quelques-uns de nos petits plats faciles : soupe coco-carotte, œufs meurette, chili con carne, poulet Satay, poisson sauce crème-vin blanc-citron, pâtes au choux / pâtes aux carottes, purée de potimarron, houmous, agneau/bœuf/poulet grillé, compotes, crêpes, pancakes…

Et pour quelques petits extras, la Nouvelle-Zélande possède aussi une richesse gastronomique bien à elle, qui a su ravir nos papilles. Fish’n’chips, poisson frais, agneau, Ribs & bœuf de qualité, nous nous sommes plusieurs fois laissé tenter et surtout  nous nous sommes régalés !

Bref, vous l’aurez compris, avec un peu de temps et d’envie (et une bonne bière à partager pour l’apéro du soir), il est facile de se faire plaisir ou que l’on soit.

Une fois bien installée, bien équipé, chacun ayant son espace de jeu et de travail bien délimité, la vie en van procure un sentiment exaltant. Le Road Trip en van, exige a chacun d’avoir une même vision du voyage et de marcher dans la même direction. Faire un Road Trip en couple ou, comme nous, en famille permet de construire des liens forts et de resserrer les liens déjà établis, tout en se créant de vrais souvenirs communs. Une belle manière de vivre et de se découvrir.

Processed with VSCO with c1 preset

Et si vous vous demandez si le choix de la saison à été le bon, on vous répond sans hésiter : oui !

NOS 5 BONNES RAISONS DE VOYAGER EN VAN EN AUTOMNE/HIVER

 → Les Sandflies n’envahissent plus les lieux

Fléau du pays, ces petits moucherons sont l’ennemi numéro 1 des voyageurs en haute saison. Pour cause, leur piqûre, une fois grattée démange affreusement. En Automne/hiver, la baisse de températures réduit la population des Sandflies, il est donc beaucoup plus agréable de vivre dehors et les portes ouvertes.

 → Les Free Camps ne sont pas surchargés  

En Automne/hiver, les touristes et PVTistes sont moins nombreux, par peur du froid et du mauvais temps très probablement (comme les Sandflies !). Voyager en van à cette période est donc un avantage considérable puisqu’il permet notamment de camper, pique-niquer, faire un feu ou un barbecue, là ou à d’autre moment de l’année, les camps et les aires de repos sont parfois bondés (premier arrivé, premier servi !).

 → Les tarifs sont réduits sur toutes les activités

Comme partout, en hors saison, le tarif des activités diminue et ce n’est pas négligeable ! Croisière sur les fjords, visite de musée, location de kayak, sortie en bateau,… nous avons pu profiter de bon nombre de promotions pour visiter et surtout profiter, sans nous ruiner !

 → Les cafés/restaurants/bars/pubs/tavernes ont tous un petit feu d’allumé

Quel plaisir de sentir les prémices de l’hiver, voir la neige tomber, les sommets enneigés,  et de pouvoir se réchauffer au coin d’un bon feu de cheminée, avec un café et une part de Carrot cake (notre pêché mignon !). Le pays regorge de charmants petits lieux atypiques, idéals pour se détendre et goûter au plaisir de la gastronomie Néo-Zélandaise (avec le bout du nez tout rouge et encore froid).

TOP 6 DE NOS MEILLEURS GOÛTERS

 → Même sans frigo, les bières sont toujours fraîches !

Un des gros avantages de vivre en van en Automne/hiver, c’est qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un frigo à l’intérieur de son véhicule pour conserver des produits frais. Et c’est, croyez nous, une belle aubaine que de pouvoir manger du beurre sur ses tartines du matin, sans avoir d’électricité chez soi.

→ [BONUS] C’est la saison des Feijoas

Ce fruit à la saveur très particulière est originaire d’Amérique du Sud. Malheureusement sensible, il ne se conserve pas longtemps même au frais, d’où sa non exportation. Tantôt aimé, tantôt détesté, en tout cas, nous, on l’a adoré !

Bref, vous l’aurez compris, notre expérience en van nous a enchanté et nous a fortement donné envie de très vite recommencer !

7 commentaires sur “ROAD TRIP : 3 mois en van sur les routes de Nouvelle-Zélande

  1. Bonjour à la famille ! Super blog et je trouve super que tu aies inscris tous les détails pratiques, merci !!! Je lis les articles sur la NZ et tu parles de la carte BBH. Pourrais-tu m’indiquer si tu as réservé à l’avance les logements ou si vous êtes arrivés sur le moment pour bénéficier d’un spot pour le van ? Nous serons dans la même situation dans quelques mois 🙂

    Aussi, peux tu me dire quel est le site que tu as utilisé pour faire la carte de ton itinéraire ? Impossible sur google maps de mettre plus de 10 arrêts.

    Merci à toi,
    Agathe.

    J'aime

    1. Hello Agathe !

      Merci beaucoup pour ton petit mot. Je vais tenter d’y répondre avec précisions.
      La carte BBH est une carte qui offre plusieurs réductions dans tout le pays notamment sur les activités, les auberges, le ferry… Elle nous a beaucoup servi à ce titre, mais beaucoup d’autres auberges, ne portant pas ce label assez haut de gamme, peuvent aussi accueillir des vans.

      Nous n’avons généralement pas réservé nos auberges à l’avance, mais là plupart du temps nous appelions dans la journée pour savoir s’il était possible de dormir dans son van, avant de nous rendre sur place. Les auberges disposant généralement de peu de place de « camping ».

      J’ai utilisé le site https://www.travellerspoint.com pour créer mes cartes 🙂

      Bon voyage à toi !

      J'aime

  2. J’adore vos photos et votre article est top ! Je le garde au chaud, j’espère que nous aurons un jour la chance de vivre un road trip sur les routes de NZ !
    Je me demandais comment votre petit garçon a t’il vécu ce voyage ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.