Koumac et le Nord

Fraîchement débarqués en Nouvelle-Calédonie en juillet 2017, nous avons, après un bref weekend à Nouméa rejoint la ville dans laquelle nous allions passer 6 mois : Koumac.

Sortis de Nouméa, les 369 kilomètres qui relient les deux villes, soit près de 4h30 de route, longeant la côte ouest calédonienne, nous ont permis d’avoir une vision plus juste du pays. Région très peu peuplées, paysage broussard très sec, Far West calédonien atypique, montagne grignotée par les mines de nickel…, la Nouvelle-Calédonie est loin de ressembler à la France, comme nous aurions pu le croire en découvrant Nouméa, et c’est tant mieux !

KOUMAC

Commune de la côte Ouest, Koumac se situe entre Kaala-Gomen au sud et Poum au nord. Avec aujourd’hui plus de 4 700 habitants, Koumac est la dernière grande commune du grand nord de la Grande Terre.

Épiceries, boucheries, coiffeur, quincailleries, garages, stations services, écoles, collège, caves à vin, bar, hôpital, hôtel, restaurant, snacks… à Koumac on trouve tout ce dont on a besoin et aussi largement de quoi s’occuper (médiathèque, école de musique, roches de Notre-Dame (pour les amateurs d’escalade), grottes, ancien village minier de Tiébaghi, hippodrome,… et surtout marina, d’où l’on peut naviguer, pêcher, plonger et partir en bateau, dans le lagon, le long de la barrière de corail).

Processed with VSCO with c1 preset

Nos premiers jours à Koumac ont été (il faut bien l’avouer…) un peu difficiles. Logement peu fonctionnel, aucun ameublement, pas de véhicule, ni de moyen de communication… notre installation, n’a, à première vue, pas été simple… mais tellement authentique et à l’image du pays (« casse pas la tête » comme on dit ici !). L’accueil chaleureux de notre voisinage nous a beaucoup aidés et nous avons au fil des jours et des mois réussi à trouver nos marques dans cette petite bourgade du nord.

Ici, la population locale est un bon mélange de mélanésiens, caldoches, wallisiens, métros,… Contrairement à Nouméa, il existe une bonne mixité entre les communautés, qui fréquentent les mêmes lieux et les mêmes événements. Même si malheureusement, on a souvent l’impression de vivre les uns À CÔTÉ des autres, et non les uns AVEC les autres, la culture kanak est bien plus abordable et présente dans les villes de brousse, comme ici à Koumac.

Foire de Koumac, défilé et buffet du 14 juillet, régate de voile “Les femmes à la barre” et Régate des touques de l’ouest à la marina de Pandop , Festival Caboko à Gomen, kermesse de l’école, Festival du film… Koumac et ses environs ne manquent pas d’animations et la vie en brousse, pour son calme et son charme rural, est très appréciable.

Koumac est un carrefour de l’extrême nord. C’est ici que converge les routes conduisant vers l’extrémité nord du Caillou : Boat-Pass.

SUR LA ROUTE DE BOAT-PASS

La route reliant Koumac à Boat-Pass présente de nombreux points d’intérêts. Entre terre rouge et paysage désespérément sec (nous avons eu moins d’une journée de pluie en 6 mois de vie à Koumac !), souvent dévasté par le feu (malheureusement, les incendies criminels sont très nombreux…) la route du nord est pittoresque et très vallonnée.

A l’extrémité sud de la baie de Néouhé, la pointe de Babouillat est un petit trésor caché et préservé alliant calme et tranquillité. Ici, une piste conduit à une presqu’île, où quelques habitations y ont élus domicile, au bord de l’eau, entre les cocotiers et le lagon, jonché d’étoiles de mer.

En face, dans le cadre toujours idyllique de la baie de Néouhé, l’hôtel Malabou Beach, idéalement situé près de Poum, propose bungalows, restaurant et snack, près de l’une des plus belles plages de sable blanc du nord de la Calédonie : la Plage Blanche.

A 45 kilomètres de Koumac, cette plage, accessible par une piste, est un joyau du nord. Souvent déserte, son eau limpide et turquoise invite à la contemplation. Face à la plage, on aperçoit la pointe de Babouillat et les montagnes à l’aspect “drapé” si caractéristiques du pays.

Processed with VSCO with c1 preset

Non loin de chez nous, nous avons apprécié passer quelques après-midi ici, loin des plages de Koumac (qui font bien moins rêver !) et pouvoir prendre un petit snack au Malabou Beach, sur l’îlot ou au bord de la piscine. Un vrai bol d’air au milieu d’une semaine de travail !

Processed with VSCO with c1 preset

Au large, plusieurs îlots nous laissent rêveurs. L’îlot Tiambouene, l’un des plus atypique de par sa “forme spermatozoïdale” et son banc de sable en zigzag est prodigieux ! En 2010, la deuxième édition spéciale de Koh-Lanta, Le Choc des héros, s’est déroulée ici, dans cet archipel au large du Malabou et on comprend pourquoi !

Embarquant sur le Golone 2, depuis le gîte-relais du même nom, Jean-Pierre, nous a emmené passer la journée sur cette petite merveille, coupés du monde, au milieu du lagon. Bronzette, snorkeling et château de sable au rendez-vous, nous avons pu (malgré un ciel voilé) y observer de jolis coraux, de nombreux poissons et  une magnifique raie Pastenague. Un moment inoubliable.

En reprenant la route, au nord de Poum, au détour d’une longue piste, se trouve un décor tout aussi surprenant. Lors d’un weekend, nous avons exploré l’extrême nord du Caillou et planté notre tente au camping camping Kejaon. Ce gîte – camping familial, sur la route de Boat-Pass est une belle découverte. Accueil chaleureux, décor simple et raffiné, plage de sable blanc, kayaks à disposition et possibilité de faire de kitesurf pour Rémi…, ce camping, proche également de la plage aménagée : Nénon, est un très bon point de chute pour découvrir l’extrême nord et en apprécier son paysage pittoresque.

2017-11-24-09-30-39-1.jpg

Plus loin, se trouve, le site très connu de Poingam. Une agréable marche sur les hauteurs du parc de 80 hectares permet de découvrir la flore remarquable de la région, au milieu de chevaux sauvages et des marais salants de Kô.

Au coucher du soleil, nombreux sont les touristes et les autochtones qui se retrouvent au Relais de Poingam. Ce gîte-camping et restaurant propose en soirée un concept de repas unique, commun, autour d’une grande table en bois tropical. Ce mobilier imposant annonce la couleur du repas : généreux et convivial.

L’arrivée au Gite de Poingam©

Les enfants mangent avant, sur une table à part, pendant que les grands se découvrent autour d’un verre apéritif. Le repas servit soigneusement dans de grands plats posés directement sur la table, nous entraîne dans une ambiance enjouée et sympathique. Calédoniens et touristes partagent ainsi leur coutume, leur culture et leur histoire. A la fin du repas, après la tisane (et le digestif !), on peut repartir avec quelques productions de la maison vendues à l’accueil : du  sel à toutes les sauces, des achars, ou encore du  pourpier au vinaigre. Un très bon moment de convivialité, riche en découvertes humaines et gustatives !

Au-delà de Poingam, se situe Boat-pass. Cette pointe, située au bout d’une piste, est, le bout du bout de la Calédonie. On peut voir de là l’île Baaba et plus loin, l’archipel des Bélep, le dernier lieu habité au nord du Caillou.

Sur nos 6 mois passés en Calédonie, nous avons occupé chacun de nos weekends à explorer le Caillou. La région du grand nord, aux portes de Koumac, très préservée, déborde de beaux paysages secs et vallonnés, d’autant plus somptueux lorsqu’on les aperçoit depuis le large.

Une chose est sûre, nous garderons des souvenirs indélébiles de cette expérience de vie ici, grâce notamment au paysage et au climat (qui met chaque jours de bonne humeur), mais aussi et surtout grâce aux rencontres, venant de tout horizon, que nous avons faites.

Un commentaire sur “Koumac et le Nord

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s