PVT CANADA : Organiser son arrivée en famille à Montréal

Bon, qu’on se le dise, une fois la douane passée et son visa PVT validé, le plus dur reste à faire ! Nos premières semaines à Montréal n’ont clairement pas été de tout repos.

Comment trouver un logement ? Dans quel quartier habiter ? Comment choisir l’école de son enfant ? Comment trouver un emploi ? On vous raconte ici les différentes étapes de notre arrivée, nos infos pratiques et notre retour d’expérience d’expatriés en famille, à Montréal.

  • Faire sa demande de Numéro d’Assurance Sociale – NAS

C’est LA première étape de tout nouvel arrivant ! Ce numéro à 9 chiffres est un identifiant national indispensable pour pouvoir travailler sur le territoire Canadien. Les banques et les compagnies téléphoniques sont aussi en mesure de le demander. Il est donc indispensable de se le procurer le plus rapidement possible. Pour cela, rendez-vous dans un bureau Service Canada.

L’édition du numéro NAS est très simple et l’administration Québécoise est très rapide et efficace. C’est la toute première démarche que nous avons fait et nous avons eu notre numéro en moins de 30 minutes (de quoi être réconcilié avec les administrations !).

  • Trouver un logement

Difficile de trouver un logement lorsque l’on ne connait pas la ville dans laquelle on débarque, surtout lorsque l’on sait que celui-ci déterminera l’école de son enfant.

Autant vous dire qu’on avait intérêt de ne pas se tromper sur le lieu et surtout, le temps nous était compté ! Bien sûr, avant notre arrivée nous avions déjà entendu parler de certains quartiers, plus réputés que d’autres, mais nous n’avions aucune idée du secteur dans lequel orienter nos recherches.

Outre le prix que nous nous étions fixés, à ne pas dépasser, on vous livre nos 4 étapes de réflexions, selon nous indispensables, pour bien choisir son logement :

Choisir un quartier 

La proximité avec les transports en communs et l’hyper-centre est un élément clé ! Pouvoir rejoindre son travail rapidement ou tout simplement ne pas avoir à marcher des heures dans le froid et la neige lorsque l’on sort de chez soi est essentiel si l’on ne possède pas de voiture (Et puis, tant qu’à faire, si on vit  en ville, autant pouvoir profiter facilement de tous ses avantages à proximité et de toute son effervescence, non ?!)

Arpenter les rues et flâner est alors le meilleur moyen de se rendre compte de la vie d’un quartier et de s’y projeter. Plutôt moderne comme le centre-ville ? Plutôt résidentiel comme Outremont ? Plutôt typique comme le Plateau ? Plutôt familiale comme Rosemont ?… 

Définir le type de logement et le nombre de pièces

Au Québec on ne parle pas en mètres carrés, mais en nombre de pièces (Et il faut dire que c’est assez pratique lorsque l’on fait ses recherches et que son impératif est avoir minimum 2 chambres !)

De plus, les appartements sont loués soit vides, soit meublés ou soit semi-meublés, c’est-à-dire qu’ils comprennent au minimum cuisinière + frigo (plutôt pratique de débarquer dans un logement avec uniquement ses valises et de pouvoir au minimum se faire à manger !)

 Faire attention à l’isolation, non seulement contre le froid mais aussi contre la mauvaise insonorisation des vieux immeubles montréalais.

 Se fixer quelques critères auxquels NE PAS déroger

On veut : un appartement à proximité avec des transports en commun, près de tout commerces, dans une rue calme, dans un petit immeuble : trois étages maximum, pas un énorme building ! (Oui, nous les escaliers en extérieur des appartement montréalais nous font totalement craquer !), et pas trop loin du centre-ville… Bref à chacun ses priorités !

 

notre appartement
Notre cuisine et salle à manger

En ce qui nous concerne : suite à une annonce repérée sur kijiji.com, nous avons trouvé un grand 5 ½ complètement rénové et semi-meublé (avec en prime laveuse, sécheuse et lave-vaisselle !), au 3ème et dernier étage d’un petit immeuble en brique, dans une rue calme et ombragée par les arbres, proche de tous commerces (Magasin bio, Supermarché, Pharmacie, SAQ, Bar/Resto/Café, Boutique déco, quincaillerie, dépanneur…), dans un quartier familial et branché, à proximité de différentes lignes de bus et à moins de 10 minute du métro. MISSION ACCOMPLIE ! Nous avons réussi à trouver notre cocoon, en à peine une semaine, en plein mois d’Octobre et nous en sommes ravis !

  • Ouvrir compte en banque

Pas de compte en banque sans adresse ! Hé oui, pour faciliter les échanges avec la banque, il est préférable que celle-ci soit proche du logement de chacun. De ce fait, il est recommandé d’ouvrir son compte en banque une fois son adresse trouvée (Raison de plus de Prévoir un budget minimum en liquide avant son départ).

ASTUCE : Afin d’éviter des frais inutiles de transfert d’argent et de taux de change une fois son compte en banque ouvert, il est judicieux d’utiliser Transfer Wise pour rapatrier son argent à moindre cout ! Pour un transfert d’argent gratuit : c’est par ici !

  • Inscrire son enfant à l’école

(ATTENTION ! Au Québec les enfants commencent à fréquenter l’école uniquement à partir de 6 ans  !)

En ville, pas d’école sans adresse ! (décidément, sans adresse, on n’est bien peu de chose…) d’où la nécessité pour une famille de mettre les bouchées doubles afin de trouver un logement. Un fois le logement idéal trouvé et le bail signé, BINGO, on peut enfin accéder à l’étape suivante : prendre rendez-vous avec la Commission scolaire de Montréal. Une fois inscrit auprès de la Commission, c’est elle qui détermine établissement ou sera scolarisé l’enfant. Et une fois l’école désignée, il ne reste plus qu’à se présenter dans l’établissement pour faire les dernières démarches administratives d’inscriptions et rencontrer le personnel de l’école.

Dans notre cas, Bibi a ainsi été admis dans une école à quelques minutes de marche de de notre appartement et a fait sa rentrée seulement 2 jours après notre rendez-vous à la Commission.  L’école lui plait beaucoup et à nous aussi. Son intégration se passe bien et il commence déjà à prendre un léger accent québécois !

  • Souscrire à un abonnement téléphonique Internet

Avant de trouver un emploi, et après avoir trouvé un logement et ouvert un compte en banque, il est souhaitable de disposer d’une ligne téléphonique, voire d’Internet à la maison si l’on ne veut pas trop user les sièges de la bibliothèque du quartier.

ASTUCE : Si l’on ne possède pas d’adresse ou de compte en banque, au moment de cette étape, il est toujours possible de prendre, dans un premier temps, un forfait prépayé.

  • Trouver un emploi

Un fois son CV réajusté et son profil à jour sur les réseaux sociaux professionnels, vient alors le démarchage des entreprise et le balaye des mails, pour répondre à plusieurs annonces d’offres d’emploi, dans l’espoir d’obtenir une entrevue et une job (oui, oui, ici au Québec on dit « une »…).

Nous le savions, l’herbe ici n’est pas plus verte qu’ailleurs. Le Québec est souvent perçu comme un eldorado de l’emploi pour les francophones, mais que nenni ! personne ne nous attend ici. Bien que les offres d’emploi soient conséquentes, la demande l’est tout autant. Patience et persévérance sont donc souvent de rigueur si l’on souhaite trouver un emploi qualifié à la hauteur de ses attentes. Le réseautage est essentiel pour décrocher un emploi et une première expérience de travail sur le territoire amène souvent à plus d’opportunités (un petit job de vendeur/se ou de serveur/se pour débuter, ce n’est pas si mal, non ?…).

En ce qui nous concerne, Rémi a trouvé un emploi rapidement dans le domaine du ski (après tout il n’est pas haut-savoyard pour rien !) avec des horaires plutôt sympa et moi (Hortense), après déjà quelques entretiens, je cherche encore, le temps de dégoter la perle rare qui me permettra de concilier travail, passion et horaires flexibles pour pouvoir récupérer Bibi à l’école la semaine (ici l’école termine à 15h30 et le service de garde de l’école peut prendre le relais jusqu’à 18h00).

NOTRE BILAN DU PREMIER MOIS ?

Après un long mois d’installation et des journées de galère à chiner des meubles (Héé oui, par facile de meubler son appartement sans voiture…^^) nous commençons à prendre petit à petit nos marques et un bon rythme de vie dans ce nouveau quartier, cette nouvelle ville et ce nouveau pays.

La vie à Montréal parait plus détendue qu’elle ne l’est en France et nous sentons pouvoir vivre ici de belles opportunités, personnelles et professionnelles.

A Montréal, on aime se sentir au calme dans une ville de près de 2 millions d’habitants. On aime ses larges rues et ses petits immeubles, qui permettent de voir le ciel depuis les fenêtres de notre appartement. On aime ses arbres anciens intégrés dans les rues et ses nombreux parcs verdoyants. On aime la chaleur de ses murs en briques et ses jolis escaliers tournants en fer forger. On aime ses Poutines et ses délices culinaires au sirop d’érable… Bon, on fait quand même un peu la tête parce que les moins de 18 ans ne sont pas acceptés dans les bars (adieux bières de fin de journée dans un pub sympa en famille…) mais on savoure chaque moment de notre temps libre pour explorer de nouveaux horizons, en ville ou dans la nature environnante, et ça, c’est exactement ce que nous souhaitions vivre grâce à cette nouvelle expatriation.

 

 

 

#PVTCanada2018

Un commentaire sur “PVT CANADA : Organiser son arrivée en famille à Montréal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.