20 expériences inoubliables à vivre en Nouvelle-Calédonie

 

La Nouvelle-Calédonie a le vent en poupe ! Lorsque nous y avons habité 6 mois en 2017, l’archipel était encore très peu connu des réseaux sociaux et rares étaient les informations disponibles pour planifier ses vacances et son itinéraire de voyage. Pourtant, aujourd’hui, ce petit bout de France du bout du monde attire de plus en en plus les jeunes français en quête de changement, les vacanciers et les tourdumondistes, qui de passage dans la région du Pacifique, ne manquent pas d’y faire un arrêt et de faire rayonner ce petit paradis encore si préservé, pour donner à plus d’un, l’envie de l’explorer.

La Nouvelle-Calédonie est un ensemble d’îles situé dans l’océan Pacifique à quelques 16 740 kilomètres de la France (rien que ça !). Sa superficie de 18 575,5 km2 fait d’elle, la plus grande île de France (deux fois plus grande que la Corse !). Les routes sont ici souvent mal entretenues. 440 kilomètres séparent Nouméa de l’extrême nord et seules quelques routes transversales permettent de relier la côte Ouest aride, à la côte Est luxuriante.

Souvent idolâtrée, par les paysages somptueux que l’on trouve à l’île des Pins et sur ses îles loyauté (et qui d’ailleurs sont le point d’intérêt n°20 de cette liste !), la grande terre de Nouvelle-Calédonie, ce gros « Caillou », offre elle aussi des paysages aussi variés qu’époustouflants.

Alors, que voir et que faire sur la Grande-Terre lors d’un (long) séjour en Nouvelle-Calédonie ?  

A explorer en voiture, en 4×4 ou en mini van, que l’on préfère les hôtels, les campings ou bien les accueils en tribu, la Nouvelle-Calédonie est une terre qui ne manque pas de naturel et d’authenticité. Sans donner d’itinéraire (puisqu’il faudrait toute une vie pour connaitre ses moindres recoins et assurément plus de deux semaines de vacances pour l’apprécier à sa juste valeur), on se remémore ici, points par points, les souvenirs impérissables que nous a apporté la découverte de cet archipel merveilleux et nous partageons, avec nos yeux encore charmés, la carte aux merveilles (non exhaustive) de  nos « immanquables » en Nouvelle-Calédonie.

Impression

 

1 – Visiter le Centre culturel Tjibaou

Pour mieux comprendre l’histoire du pays, la visite du centre culturel, qui tient son nom de la figure politique du nationalisme kanak Jean Marie Tjibaou, est un arrêt obligatoire avant de partir d’explorer l’archipel.

Construit et achevé en 1998, par l’architecte italien Renzo Piano, cet édifice est une jolie prouesse architecturale très instructive. Situé entre les baies de Tina et de Magenta, sur une presqu’île en périphérie de Nouméa, le centre retrace et promeut à merveilles l’histoire de la culture calédonienne et kanak, en perpétuelle construction.

 

2 – Se détendre sur la plage de la baie de l’Anse Vata et observer les Kitesurfeurs et les véliplanchistes

Bordée de nombreux hôtels, bars, restaurants et boîtes de nuit, la baie de l’Anse Vata est la plus prisée de Nouméa, de jour comme de nuit. Petit paradis pour les amateurs de voile, les mordus de kite et de planche à voile, grâce à des alizés réguliers, peuvent aisément rider ici, toute l’année, notamment près de la Pointe Magnin (plage du Méridien). Là, les plus expérimentés peuvent remonter au vent et profiter d’un cadre d’exception à deux pas du centre ville.

 

 

3 – Se « mettre dans le bain » sur l’un des îlots au large de Nouméa

La toute première fois que nous avons mis la tête sous l’eau en Nouvelle-Calédonie, c’était tout près de Nouméa, à l’île aux canards, et quel spectacle ! Accessible en bateau-taxi depuis l’Anse Vata, cet îlot aménagé propose un Sentier Sous-Marin, offrant une randonnée palmée d’une trentaine de minutes. Au milieu des poissons tropicaux, ce parcours balisé, accessible à tous, permet un bel et bref aperçu de tout ce que le lagon calédonien a à offrir.

Îlot maître, îlot Signal, Phare Amédée, îlot Larégnère,… pour une journée ou même pour une nuit ; à deux minutes de bateau ou à quelques kilomètres, les îlots au large de Nouméa sont de véritables petites merveilles du lagon.

View this post on Instagram

🐟🐠 #newcaledonia #ileauxcanards

A post shared by Margot Henriot (@margothenriot) on

4- Admirer le coucher de soleil au Ouen Toro

La colline du Ouen Toro offre un excellent panorama sur les baies de Nouméa. Lieu de détente et d’histoire, le Ouen Toro a abrité une base militaire pendant la Seconde Guerre mondiale. On y vient aujourd’hui pour faire du jogging, du VTT, du yoga, un Molky entre amis ou encore un apéro, après une belle journée à la plage, pour admirer un coucher de soleil flamboyant sur les baies de la ville.

5- Goûter au kava

Une lumière rouge scintille en bord de route dans la nuit, pas de doute c’est un Nakamal ! Le Nakamal est un lieu de sociabilité multi-ethniques où l’on boit du Kava, un breuvage euphorisant, confectionné à partir de racines de la plante du même nom et de l’eau.

Si cette boisson, venue du tout droit du Vanuatu, n’a absolument pas un goût attrayant, on apprécie le Nakamal pour son ambiance tamisée et décontractée ou se mélange les cultures. A consommer tout de même avec modération !

 

6- Profiter de quelques jours à Poé

Situé sur la côte Est, près de Bourail, Poé est une petite localité très prisée des Nouméens. En effet, le lagon de Poé est considéré comme le plus beau de la Grande Terre et est inscrit depuis 2008 au patrimoine mondial de l’UNESCO. Kitesurf, plongée sous-marine, kayak de mer, bateau en fond de verre, ULM, parachutisme, … les activités ne manques pas pour profiter de la beauté du lagon, tant dans l’eau que sur terre !

Au nord, pour prendre un peu de hauteur le Domaine de Déva est l’endroit idéal pour randonner. Le sentier de Boé Arérédi qui s’étend sur 4,5 km offre à son sommet d’une vue imprenable sur lagon au bleu turquoise, qui contraste à merveilles avec la faille aux requins. C’est éblouissant !

Plus au sud, dans la baie de Gouaro, on aime le Sentier des trois Baies et plus particulièrement la Baie des tortues, caractérisée par ses pins colonnaires vacillants et la présence de tortues lors de la période des pontes. D’ici, il est possible de rejoindre la plage de la Roche Percée, accessible par un tunnel sous la falaise. Située en face d’une passe, c’est aussi l’un des rare endroit où il possible voir des vagues sur la côte de Nouvelle-Calédonie !

View this post on Instagram

{NOUVELLE CALEDONIE} • Chaque jour notre œil est attiré par le rivage, par le bleu de l’eau … ce bleu balançant entre l’aigüe marine et le turquoise, moucheté par les ombres du corail. On croit l’avoir vu sur papier des milliers de fois mais à le toucher des yeux, il devient une expérience presque irréelle ! • Every day our eyes are attracted by the shore, by the blue of the water … this blue dangling between the aquamarine and the turquoise, dappled by the shadows of the coral. We have seen this paradise on paper thousands of times but it becomes an unreal experience when you see it for real ! •• ________________________________________ 📍La pass des requins sur Grande Terre / Nouvelle Calédonie ♢ www.voirlemondeavectoi.com ________________________________________ #nouvellecaledonie #newcal #newcaledonia #pacificislands #lagon #islandlife #worldtour #tourdumonde #voyage #travel #speechlessplaces #islandparadise #auboutdumonde #oceanholic #greatbarrierreef #voirlemondeavectoi #voyagediaries

A post shared by MANO & SOPHIE ♡ (@voirlemondeavectoi) on

poé bourail

 

7- Vivre au son du kaneka

Le Kaneka est un genre musical calédonien créé en 1984. Cette musique, au sonorités mélangeant rythmes océaniens et reggae, agrémentés de paroles parfois très engagées, chantés en français ou en langue locale, est typiquement kanak. En voiture, les amoureux de reggae apprécient écouter la radio indépendante Radio Djido pour profiter des actualités du territoire et des rythmes Kaneka et Reggae, qui mettent de bonne humeur. Aussi, lors d’événements locaux, il est captivant de s’arrêter écouter des groupes locaux chanter avec passion les chants de leur région.

 

 

8- Prendre de la hauteur pour admirer le cœur de Voh et la barrière de corail

Rendu célèbre par Yann Arthus Bertrand en 1999 lorsqu’il le fit figurer en couverture de son livre « La terre vue du ciel », le cœur de mangrove de Voh continue d’évoluer et d’attirer des centaines de visiteurs chaque année. Pour ceux qui préfèrent rester sur la terre ferme, il est possible de l’admirer depuis un point de vue aménagé, on l’on peut pique-niquer à table et se mettre à l’ombre, moyennant une marche de quelques kilomètres. Vu du ciel, de la terre, en bateau, ou encore en scooter des mers, le lagon est ici somptueux et ses nuances de bleus valent assurément le détour.

 

View this post on Instagram

🇳🇨 NEW CALEDONIA – En pleine rédaction d’articles sur le Vanuatu, gros gros coup de cœur de notre voyage, on repense aux lieux TABOU des îles du Pacifique. Des lieux mystérieux. Comme ce trou bleu dans la mer de 300 mètres de profondeur. 💦 Assez fou ! Et surtout très beau. Pour résoudre son mystère clique sur le lien dans la biographie 😋 Tu verras d’autres photos hors norme ! 😉 – A&L 👫✈️ #travel #explore #Traveladdict #Voyageursdumonde #voyage #blogvoyage #travelphotography #tourdumonde #photodevoyage #globetrotteur #voyageur #voyager #passionpassport #worldtraveler #travelblogger #traveltheworld #nature #lavieestbelle #newcaledonia #nouvellecaledonie #landscape #vacances #pacific #tourisme #passionvoyage #lonelyplanetfr #ulm #coeurdevoh #bluehole

A post shared by 🌵Alex & Laura🌵 (@buenos.viajes) on

 

9- Faire de la plongée à Koumac et approcher les cerfs

Commune de la côte Ouest, Koumac se situe entre Kaala-Gomen au sud et Poum au nord. Avec aujourd’hui plus de 4 700 habitants, Koumac est la dernière grande commune du nord de la Grande Terre. En plus de la richesse de son lagon, Koumac est connue pour son ancien village minier et ses grottes, qui méritent le coup d’œil.

Après une journée de plongée entre tombant vertigineux, tunnels et somptueuse barrière de corail, à observer requins pointes blanches, requins marteaux, thazards, carangues raies, thons, des barracudas… rendez-vous sur la route des grottes, où un habitant du village nourrit les cerfs tous les soir (demander sur place l’heure et l’adresse !)

koumac nouvelle calédonie voir cerfs.jpg

 

10- Se prélasser sur la plus belle plage du nord : la plage blanche

L’hôtel Malabou Beach, situé près de Poum, propose bungalows, restaurant et snack, près de l’une des plus belles plages de sable blanc du nord de la Calédonie : la Plage Blanche. A 45 kilomètres de Koumac, cette plage, accessible par une piste, est un joyau du nord. Souvent déserte, sable blanc et eau turquoise invitent à la détente. Face à la plage, on aperçoit la pointe de Babouillat et les montagnes plissées, si caractéristiques du pays. (/!\ 4×4 fortement recommandé !)

 

11- Faire une sortie en bateau sur un îlot (et y passer la nuit en totale autonomie)

Moins prisés que les îlots proches de Nouméa, les îlots du Nord nous laissent encore rêveurs. L’îlot Tiambouene, l’un des plus atypique de par sa “forme spermatozoïdale” et son banc de sable en zigzag en est un bel exemple !  Armés de tout son attirail de camping, il est possible de profiter d’un îlot, de manière presque privée, et même d’y passer la nuit tel un Robinson !

 

12- Rouler jusqu’à l’extrême nord et dîner au relais de Poingam

Après une agréable marche sur les hauteurs du parc de 80 hectares, qui permet de découvrir la flore remarquable de la région, au milieu de chevaux sauvages et des marais salants de Kô, rendez-vous au Relais de Poingam. Ce gîte-camping et restaurant propose en soirée un concept de repas unique, commun, autour d’une grande table en bois tropical.

Le repas servit soigneusement dans de grands plats posés directement sur la table, entraîne les convives dans une ambiance enjouée et sympathique. Ici, calédoniens et touristes partagent ainsi leurs coutumes, leurs cultures et leurs histoires. A la fin du repas, il est possible de repartir avec quelques productions de la maison : du sel à toutes les sauces, des achars de légumes, ou encore du pourpier au vinaigre. Un très bon moment de convivialité, riche en découvertes humaines et gustatives, à ne pas manquer lors d’un passage dans le grand nord !

Où dormir : Avec sa jolie baie privée, ses kayaks à disposition et la possibilité de faire du kitesurf, le camping Kéjaon sur la route de Boat Pass, idéalement situé et aménagé les pieds dans le sable, est un très bon point de chute pour découvrir l’extrême nord et en apprécier son paysage pittoresque.

 

13– De Pouebo au Mont Panié : contempler la luxuriante côte Est et découvrir les sculptures en pierre à savon

Côte Est sèche et aride versus Côte Ouest humide et luxuriante. Partagée par la Chaîne Centrale, le climat sur la Grande Terre est très différent d’une côte à l’autre. Si la côte Ouest souffre de la sécheresse et du manque d’eau, la côte Est, quant à elle très souvent arrosée, est beaucoup plus abondante de verdure. La route qui longe la côte est ici très agréable et agrémentée de petits stands sur lesquels quelques sculpteurs vendent de jolies sculptures en pierre à savon et de beaux coquillages. Dépaysement garanti !

pierres à savon.jpg

 

14- Expérimenter le passage en Bac

Juste après la visite de la cascade de Tao, en venant du nord, imaginez une route à flanc de montagne séparée par la rivière Ouaième. Ici, pas de pont. Le seul moyen de traverser l’estuaire est d’emprunter le bac, ce traversier, qui est actionné jour et nuit par une équipe de passeurs. La traversée est rapide et offre un très beau panorama sur les montagnes et la végétation environnante. On se croirait hors du temps.

View this post on Instagram

Oui, bon ok, on a encore un peu de mal à se projeter dans le froid de l'hiver. . La pluie ne cesse de griser nos journées et on aurait grand besoin d'un grand café chaud, cocoonés dans notre salon, devant un bon film… manque de bol on a toujours pas de canapé ! 😤 . Bien qu'on attende avec impatience les premières neiges, on se souvient a quel point il était agréable de passer ses journées en short et tongs, de se baigner inlassablement dans tous les cours d'eau et d'avoir le teint halé toute l'année… . Pfiou. . #hienghene #aircalin #caledonia #landscape_capture #travelust #tourism #explore #travelstoke #beautifulplaces #newcaledonia #lonelyplanetfr #roamtheplanet #instatraveling #instatravel #vscocam #travelers #travelexpatshot #nouvellecaledonie #familytravel

A post shared by Hortense ♡ Rémi & Bibi (8ans) (@montsetmerveilles) on

 

15- Visiter Hienghène

Jolie bourgade de la côte Est, Hienghène est réputée pour ses paysages naturels et ses falaises de pierres noires, aux formes atypiques. Si la Poule couveuse et le Sphinx en sont les plus emblématiques, le village, les roches de Lindéraliques, à explorer de plus près en Kayak, et la plage du billet de 500 (célèbre pour avoir figuré sur une des faces d’un ancien billet de 500 francs CFP) font aussi de partis du charme de la commune.

Où dormir : Pour les amateurs de plongée, le Camping Babou est idéalement situé, les pieds dans l’eau, pour découvrir le lagon et, est aussi un excellent point de départ en kayak, pour découvrir les falaises de Lindéralique.

 

 

16- Découvrir la région de Poindimié et admirer la belle cocoterais de Ponérihouen  

Entre terre et mer, Poindimié est la commune la plus peuplée de la côté. On vient ici pour admirer ses vallées encaissées et faire de la plongée, parmi les plus beaux et les plus riches spots de la Grande Terre.

A pied ou armé de son véhicule (/!\ 4×4 fortement recommandé !), la vallée de la Tchamba, qui serpente au milieu de fougères arborescentes et de cocotiers offre un bel aperçu des paysages de cette région.  Au village, on apprécie la grande plage de Tiéti et ses rouleaux. Sur la route, des petits stands des fruits et légumes et des glacières de poissons frais sont  souvent accessibles en libre-service. Ici, la confiance règne.

Plus au sud, à Ponerihouen, la belle cocoterais du Camping Tiakan est un bel endroit où passer la nuit, au coin d’un feu, sous un de ses charmants petits farés.

 

 

17- Manger des brochettes sur le bord de la route et vivre un accueil en tribu

Toujours sur la côte Est, tout comme les stands de fruit et légumes, il n’est pas rare de croiser des stands de brochettes (au poulet ou à la viande – comprendre ici au boeuf ^^), au bord de la route, tenus par des locaux. C’est d’ailleurs sur cette même côte (ou sur les îles) qu’il est très appréciable de vivre l’expérience d’un accueil en tribu et de goûter aux mets traditionnels locaux comme le fameux Bougna. Ici, les rencontres et le partage sont faciles, et les gens extrêmement souriants ne manque pas de faire signe de la main à chaque fois qu’on les croise.

18- Faire le tour du Grand Sud

Aux portes de Nouméa, le Grand Sud offre lui aussi des paysages saisissants et très contrastés, ornés d’ocre et de vert. Arpenter le Parc de la Rivière bleue, randonner au Mont Dore, voir une mine à ciel ouvert, passer la nuit à Yaté, rouler sur de la terre rouge, rejoindre la Côte Oubliée en kayak, observer les baleines à bosse, emprunter le GR NC1… sont autant d’activités captivantes à réaliser lors de son passage à Nouméa. Sauvage, la région du Grand Sud offre un dépaysement total à seulement quelques heures de la ville et permet de se rendre compte, de plus près, de l’ampleur de l’activité minière du pays.

la terre rouge grand sud NC

 

19- Participer à une fête locale 

Pour une expérience calédonienne complètement réussie, participer à une fête locale (ou plusieurs !!!) est impératif. Fête du Mwata, du Litchi,  festival du cinéma, foire de Bourail ou de Koumac, fête du ver de Bancoule, festivals de musique… les fêtes calédoniennes se présentent toujours sous la même forme : des petits stands de nourritures locales (toujours délicieusement préparés et à prix très doux !) encerclent généralement une aire commune ou se joue des danses traditionnelles, des groupes musicaux, un Bingo, ou des animations en tout genre. C’est le meilleur moyen de s’imprégner de la culture kanak et/ou broussarde de manière totalement immersive. 

fêtes locales nouvelle caledonie.jpg
Fête du Mwata, Pouébo

 

 

20- Explorer les îles

« Joyau du pacifique », « île la plus proche du paradis »… on ne manque pas de superlatifs pour décrire la beauté des îles Calédoniennes. Îles de Pins, Lifou, Ouvéa et ses Pléiades,  Maré,… un séjour en Calédonie ne peut être complet si l’on a pas exploré ces îles et palpé l’incroyable générosité de ses habitants. Des paysages époustouflants, des spots de plongés et de snorkeling éblouissants, des falaises, des plages de sable blanc, une végétation luxuriante, des grottes immenses… encore une fois, la Nouvelle-Calédonie étonne par la diversité de ses terres et sa culture si fascinante.

 

joli faré de lifou

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.